Fiche d'identité

La spermidine en quelques mots

Les polyamines (putrescine, spermidine et spermine) sont une famille de molécules dérivant de l’ornithine et sont essentielles à beaucoup de mécanismes cellulaires centraux, tels que la croissance et la prolifération cellulaires, le maintien de la stabilité génétique et l’autophagie. Initialement découverte dans le sperme (d’où son nom), la spermidine fait aujourd’hui l’objet d’études qui démontrent son intérêt dans la lutte contre vieillissement et l’augmentation de l’espérance de vie chez la levure, la drosophile, le nématode et dans des cultures cellulaires humaines [1]. La spermidine est la polyamine la plus étudiée. Elle est synthétisée à partir de la putrescine et sert de précurseur à la spermine. Mais quels peuvent être les rôles des ces molécules au nom peu ragoutant ?!

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Du fromage pour lutter contre le vieillissement ?

On retrouve les polyamines, et notamment la spermidine, dans des aliments de tous les jours. Bonne nouvelle, il y en a plein dans le fromage (cantal, comté, roquefort, reblochon et brie notamment) ! On en retrouve également dans les agrumes, le raisin, la banane, les pois, les lentilles et les fèves ainsi que dans la farine d’épeautre et les céréales complètes.

Une régulatrice de l’autophagie

L’autophagie est un mécanisme de mort programmée de la cellule, qui diffère de l’apoptose. En effet, l’apoptose mène systématiquement à la mort de la cellule: c’est un processus répondant à des conditions de stress ou de souffrance qui permet de maintenir le maximum de cellules en vie grâce à la destruction de certaines. L’autophagie, en revanche, est une sorte de cannibalisme cellulaire: la cellule, en réponse à des signaux extérieurs, va engager une dégradation de ses propres organites. C’est un mécanisme de survie dans le sens où, si les organites défectueux sont éliminés correctement, la cellule va pouvoir continuer à vivre. Néanmoins, si les organites altérés sont trop nombreux ou mal éliminés, la cellule enclenchera une mort programmée. Ce mécanisme est déclenché en réponse à différents facteurs, tels que le jeûne, le stress, certaines modifications de la chromatine…

Le vieillissement résulte de plusieurs mécanismes dont des processus génétiques et épigénétiques complexes déclenchés, entre autres, par des évènements stressants et délétères pour nos cellules, résultant en une activation de la mort programmée. La spermidine, dont la concentration intracellulaire est diminuée lors du vieillissement (et augmentée dans le plasma), a un rôle anti-oxydant puissant permettant de lutter contre ces processus [2]. Chez la levure, des études ont démontré que la spermidine permettait de déclencher des mécanismes de déacétylation des histones (les protéines qui maintiennent l’intégrité de notre ADN) diminuant ainsi le stress oxydant et la nécrose et permettant de réguler l’autophagie [1, 3].

D’autres actions centrales

Des recherches récentes ont montré que la spermidine pouvait agir sur le vieillissement et l’allongement de la vie via d’autres processus, tels que l’inflammation, le métabolisme lipidique et la régulation de la prolifération cellulaire. Bien que l’action de la spermidine sur ces mécanismes ne soit pas encore bien connue, il semblerait qu’elle passe par la régulation d’une voie de signalisation majeure, la voie MAPkinase [4] .

  • Nombre de publications : environ 150
  • Molécule disponible : précurseur en vente libre, spermidine non disponible actuellement sur le marché public.
  • Mode d’administration : par voie orale
  • Posologie : non définie chez l’Homme

Effets cardioprotecteurs : chez la souris, une étude récente a démontré les effets cardiaques bénéfiques d’une supplémentation en spermidine. En effet, elle augmentait l’autophagie cardiaque, la mitophagie et la respiration mitochondriale. En parallèle, la spermidine permettait d’améliorer les caractéristiques élastiques des cardiomyocytes (les cellules musculaires du coeur) tout en baissant l’inflammation endogène liée à l’âge [5].

Lutte contre les maladies neurodégénératives: plusieurs études ont démontré l’intérêt de la spermidine dans les déficits mnésiques [6] et la maladie de Parkinson [7].

Actuellement, les études concernant la spermidine sont majoritairement effectuées chez l’animal. Il est important d’attendre des résultats plus avancés pour connaitre les bienfaits et les potentiels effets secondaires chez l’Homme.

[1] Tobias Eisenberg, Heide Knauer et al., Induction of autophagy by spermidine promotes longevity, Nature Cell Biology 2009, 11, 1305–1314

[2] Pucciarelli S, Moreschini et al., Spermidine and spermine are enriched in whole blood of nona/centenarians. Rejuvenation Res. 2012 Dec;15(6):590-5

[3] Rubinsztein DC, Mariño G, Kroemer G. Autophagy and aging., Cell. 2011 Sep 2;146(5):682-95.

[4] Minois N. Molecular basis of the ‘anti-aging’ effect of spermidine and other natural polyamines – a mini-review. Gerontology. 2014;60(4):319-26

[5] Tobias Eisenberg, Mahmoud Abdellatif et al., Cardioprotection and lifespan extension by the natural polyamine spermidine, Nature Medicine 2016, 22, 1428–1438

[6] Sigrist SJ, Carmona-Gutierrez D, Gupta VK, et al. Spermidine-triggered autophagy ameliorates memory during aging. Autophagy. 2014;10(1):178-179

[7] Büttner S, Broeskamp F, Sommer C, et al. Spermidine protects against α-synuclein neurotoxicity . Cell Cycle. 2014;13(24):3903-3908

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et pas à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE