fiche d'identité

Épices et herbes anti-âge

Tout comme il y a des super-aliments, il y a des super-épices, parmi lesquelles la cannelle, le clou de girofle, le thym, le poivre et évidemment le curcuma, dont est issu la curcumine. Cependant, ce ne sont pas les seules à ajouter à vos plats pour vous aider à lutter contre le vieillissement et nombreuses sont les épices et herbes ayant des vertus anti-âge.

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Les herbes aromatiques contre le vieillissement

Toutes les herbes aromatiques ont un pouvoir anti-oxydant plus ou moins élevé, protégeant du stress oxydatif, un phénomène qui augmente avec l’âge. La coriandre, la sauge et le thym arrivent en tête des herbes les plus riches en anti-oxydants, notamment en acides phénoliques, acide rosmarinique et carnosique [1, 2, 3]. Elles protègent, toutes les trois, contre l’apparition des maladies cardiovasculaires grâce à la diminution de l’oxydation des lipides circulants qu’elles entrainent [4, 5]. La coriandre contient également des caroténoïdes (qui se transforment en vitamine A dans notre corps, en présence de lipides), un anti-oxydant relativement rare mais important [1]. La coriandre, toujours, participe à la diminution de la glycémie et favorise l’entrée du sucre dans les cellules, en faisant un bon adjuvant des médicaments anti-diabétiques [6]. Elle est également anti-bactérienne et contient une grande quantité de vitamine K. Le thym, quant à lui, possède un principe actif, le thymol, qui potentialise l’effet de ses anti-oxydants en y ajoutant des propriétés anti-agrégantes (diminue la formation de caillots sanguins) et vasodilatatrices (augmente la synthèse d’oxyde nitrique) [7, 8]. C’est également un bon anti-inflammatoire et un cicatrisant, utilisé depuis l’antiquité dans le traitement des affections pulmonaires, comme les bronchites, et en compresse pour aider la cicatrisation des plaies [9]. Comme la coriandre, il est très riche en vitamine K, mais aussi en fer. La sauge obtient la palme des herbes anti-oxydantes, avec un effet hypotriglycéridémiant et hypoglycémiant notable [3]. En parallèle, une étude a démontré que, dans une cohorte Alzheimer, une supplémentation en sauge améliorait les fonctions cognitives et diminuait l’agitation des patients [10]. Enfin, elle semble jouer un rôle dans le soulagement des bouffées de chaleur chez la femme ménopausée [11].

D’autres herbes aromatiques présentent une concentration en anti-oxydants intéressante. Le basilic et la menthe partagent les mêmes capacités que la coriandre, avec un effet cardioprotecteur et vasoprotecteur [12]. Le basilic est également hypoglycémiant et des études ont établi son rôle dans la protection contre le cancer [13, 14]. La menthe, quant à elle, permet d’augmenter l’absorption du fer [15]. L’origan est un hypoglycémiant et anti-agrégant intéressant à ajouter à notre alimentation, bien qu’à prendre avec beaucoup de précaution chez la femme, car c’est un abortif à hautes doses [16, 17]. Enfin, le romarin est depuis longtemps utilisé pour soulager les rhumatismes, le stress et la fatigue lorsqu’il est appliqué en cataplasmes [18]. C’est un anti-inflammatoire puissant qui stimule la fonction hépatique et semble avoir un effet protecteur contre le cancer [19].

Les racines et épices pour augmenter notre longévité

Nous ne parlerons pas du curcuma, une fiche molécule lui est dédiée ici.

Le ginseng est une plante depuis longtemps reconnue pour ses bienfaits, notamment au sein des communauté asiatiques. En Chine, elle est considérée comme une « herbe divine » du fait de ses applications diverses. Il est en effet utilisé depuis des siècles comme tonique chez les personnes âgées, afin de les maintenir alertes et en bonne santé, ainsi qu’en temps qu’aphrodisiaque. Plus récemment, des études ont montré son implication dans le maintien de la performance physique (ce qui rejoint l’idée du tonique), la santé du système cardiovasculaire, les maladies métaboliques comme le diabète et le cancer [20]. Cette racine mériterait, à elle seule, un article complet ! Elle semble impliquée dans beaucoup de processus liés à l’âge; elle ralentit par exemple la perte d’audition, l’apparition de maladies neurologiques et la perte de sensibilité à l’insuline, protège notre cœur et globalement augmente la durée de vie [21, 22, 23, 24, 25]. Le ginseng existe sous plusieurs formes, la plus efficace et la plus anti-oxydante semblant être le ginseng rouge.

Le paprika fait partie des épices aux nombreux bienfaits. Elle est anti-inflammatoire et permet de soulager les douleurs arthritiques, booste notre système immunitaire et participe à la bonne santé de notre système cardiovasculaire, grâce à ses propriétés vasodilatatrices [26]. Elle est également très riche en vitamines E, K et B2. Le safran a une action similaire, avec des capacités anti-oxydantes encore plus importantes. La cardamone est une des épices les plus anciennement utilisées, tout comme le ginseng, et possède à peu près les mêmes propriétés, bien que moins puissante. Elle est particulièrement stimulante, participe à la bonne santé intellectuelle et lutte contre le déclin cognitif. Accessoirement, elle procure un bien-être digestif et limite les remontées acides [27].

La cannelle est l’une des super-épices et elle porte bien son nom. Extrêmement riche en anti-oxydants, elle module le stress oxydant, diminue les réactions inflammatoires et allergiques et diminue les lipides circulants, protégeant ainsi notre système cardiovasculaire [28, 29, 30]. Elle semble aussi avoir un rôle en temps qu’adjuvant des traitements anti-diabétiques [30]. Le clou de girofle appartient à cette même famille de super-épices, tout comme le poivre de Cayenne. Bien que relativement peu étudié dans la littérature scientifique, le clou de girofle est l’épice la plus riche en anti-oxydants, suggérant un rôle dans la maitrise du stress oxydatif. Le poivre de Cayenne est lui aussi très reconnu dans la pratique, mais peu étudié. C’est un anti-inflammatoire, un stimulant, et un anti-stress, largement utilisé sous forme d’huile essentielle pour traiter les douleurs musculaires et articulaires, les problèmes digestifs et stimuler la circulation sanguine [31]. Toutes ses actions participent à maintenir notre organisme en bonne santé et à limiter les pathologies liées à l’âge. Enfin, le piment de Cayenne, et les épices riches en capsaïcine (qui donne le gout piquant au piment), sont reconnues pour leur action sur les douleurs arthritiques, musculaires et neuropathiques [32].

Les épices et herbes aromatiques, dont plusieurs sont utilisées depuis des millénaires, ont des bienfaits variés, mais semblent toutes soit soulager l’effet de l’âge, soit prévenir certaines maladies liées au vieillissement et le ralentir légèrement. N’attendez pas, n’hésitez pas à manger un peu plus épicé !

  • Nombre de publications : Environ 5000
  • Molécule disponible : en vente libre
  • Mode d’administration : par voie orale
  • Posologie : dépend des épices. Pour les herbes aromatiques, on conseille soit de les ajouter directement dans l’alimentation, à hauteur de 200 à 500 mg par jour, soit d’en faire des tisanes (5-6 feuilles pour 100 ml d’eau). Il est aussi possible des les utiliser sous forme d’huiles essentielles. Pour les épices, rajouter 1 à 5 cuillères à café dans vos préparations. Vous pouvez aussi les utiliser sous forme d’huiles essentielles, notamment le poivre de Cayenne, qui est bien plus efficace en application topique.

En quantité raisonnable, les épices et herbes aromatiques présentent très peu d’effets secondaires, hormis l’évident mal de ventre pour les personnes sensibles.

La sauge néanmoins est à prendre à petites doses car elle peut provoquer des crises chez les épileptiques. C’est aussi un abortif potentiel, tout comme le romarin. Le romarin existe d’ailleurs sous plusieurs formes, le romarin à camphre étant le plus largement utilisé pour l’application topique et le romarin à verbérone, moins fréquent, étant à appliquer avec parcimonie car il est neurotoxique et abortif à fortes doses. La menthe peut provoquer quelques reflux gastro-œsophagiens.

Attention à ne pas sécher les feuilles de coriandre, sauge et menthe, elles perdent beaucoup de leur bienfaits. Vous pouvez les garder au réfrigérateur ou même les congeler. Les épices peuvent se garder dans des boites hermétiques jusqu’à 6 mois après ouverture. Après, leurs contenus commence à s’altérer, tout autant que leur gout.

[1] Wangensteen H, Samuelsen AB, Malterud KE. Antioxidant activity in extracts from coriander. Food Chemistry 2004;88:293-7

[2] Masuda T, Inaba Y, Maekawa T et al. Recovery mechanism of the antioxidant activity from carnosic acid quinone, an oxidized sage and rosemary antioxidant. J Agric Food Chem. 2002;50:5863-5869

[3] Ninfali P, Mea G, Giorgini S et al. Antioxidant capacity of vegetables, spices and dressings relevant to nutrition. Br J Nutr. 2005;93:257-266

[4] Chithra V, Leelamma S. Hypolipidemic effect of coriander seeds (Coriandrum sativum): mechanism of action. Plant Foods HumNutr 1997;51(2):167-72

[5] Ninomiya K, Matsuda H, Shimoda H et al. Carnosic acid, a new class of lipid absorption inhibitor from sage. Bioorg Med Chem Lett. 2004;14:1943-1946

[6] Gray AM, Flatt PR. Insulin-releasing and insulin-like activity of the traditional anti-diabetic plant Coriandrum sativum (coriander). Br J Nutr 1999;81(3):203-9.

[7] Yamamoto J, Yamada K, Naemura A et al. Testing various herbs for antithrombotic effect. Nutrition. 2005;21:580-587

[8] Grande S, Bogani P, de Saizieu A et al. Vasomodulating potential of mediterranean wild plant extracts. J Agric Food Chem. 2004;52:5021-5026

[9] Ernst E, Marz R, Sieder C. A controlled multi-centre study of herbal versus synthetic secretolytic drugs for acute bronchitis. Phytomedicine 1997;4:287-293.

[10] Akhondzadeh S, Noroozian M, Mohammadi M et al. Salvia officinalis extract in the treatment of patients with mild to moderate Alzheimer’s disease: a double blind, randomized and placebo-controlled trial. J Clin Pharm Ther. 2003;28:53-59

[11] Bommer S, Klein P, Suter A.First time proof of sage’s tolerability and efficacy in menopausal women with hot flushes. AdvTher. 2011;28(6):490-500

[12] Geetha RK, Vasudevan DM. Inhibition of lipid peroxidation by botanical extracts of Ocimum sanctum: in vivo and in vitro studies. Life Sci. 2004;76:21-28

[13] Vats V, Grover JK, Rathi SS. Evaluation of anti-hyperglycemic and hypoglycemic effect of Trigonella foenum-graecum Linn, Ocimum sanctum Linn and Pterocarpus marsupium Linn in normal and alloxanized diabetic rats. J Ethnopharmacol. 2002;79:95-100.

[14] Dasgupta T, Rao AR, Yadava PK. Chemomodulatory efficacy of basil leaf (Ocimum basilicum) on drug metabolizing and antioxidant enzymes, and on carcinogen-induced skin and forestomach papillomagenesis. Phytomedicine. 2004;11(2-3):139-51

[15] Hurrell RF, Reddy M, Cook JD. Inhibition of non-haem iron absorption in man by polyphenolic-containing beverages. Br J Nutr. 1999;81:289-295

[16] Lemhadri, A et coll. Anti-hyperglycaemic activity of the aqueous extract of Origanum vulgare growing wild in Tafilalet region. J Ethnopharmacol. 2004;92(2-3):251-256.

[17] Goun, E. et coll. Antithrombin activity of some constituents from Origanum vulgare. Fitoterapia 2002;73(7-8):692-694.

[18] Klancnik A, Guzej B, Kolar MH. In vitro antimicrobial and antioxidant activity of commercial rosemary extract formulations. J Food Prot. 2009;72(8):1744-52).

[19] Petiwala SM, Johnson JJ. Diterpenes from rosemary (Rosmarinus officinalis): Defining their potential for anti-cancer activity. Cancer Lett. 2015;367(2):93-102

[20] Shergis JL, Zhang AL, Zhou W, Xue CC.Panax ginseng in randomised controlled trials: a systematic review. Phytother Res. 2013;27(7):949-65

[21] Tian C, Kim YJ, Lim HJ, Kim YS, Park HY, Choung YH. Red ginseng delays age-related hearing and vestibular dysfunction in C57BL/6 mice. Exp Gerontol.2014;57:224-32

[22] Ong WY, Farooqui T, Koh HL, Farooqui AA, Ling EA.Protective effects of ginseng on neurological disorders. Front Aging Neurosci.2015;7:129

[23] Seo E, Kim S, Lee SJ, Oh BC, Jun HS. Ginseng> berry extract supplementation improves age-related decline of insulin signaling in mice. Nutrients. 2015;7(4):3038-53

[24] Luo P, Dong G, Liu L, Zhou H. The Long-Term Consumption of Ginseng Extract Reduces the Susceptibility of Intermediate-Aged Hearts to Acute Ischemia Reperfusion Injury. PLoS One. 2015;10(12):e0144733

[25] Kim MS. Korean Red Ginseng Tonic Extends Lifespan in D. melanogaster. Biomolecules & Therapeutics. 2013;21(3):241-245

[26] Otunola GA, Oloyede OB, Oladiji AT, Afolayan AJ. Selected spices and their combination modulate hypercholesterolemia-induced oxidative stress in experimental rats. Biological Research. 2014;47(1):5

[27] Gilani, Q. Jabeen, A. Khan, A. Shah. Gut modulatory, blood pressure lowering, diuretic and sedative activities of cardamom, J Ethnopharmacol. 2008;115(3):463-72

[28] Prior RL, Gu L. Occurrence and biological significance of proanthocyanidins in the American diet. Phytochemistry, 2005;66(18):2264-80

[29] Prasad NS, Raghavendra R, et al. Spice phenolics inhibit human PMNL 5-lipoxygenase. Prostaglandins Leukot Essent Fatty Acids, 2004;70(6):521-8

[30] Khan A, Safdar M, et al. Cinnamon improves glucose and lipids of people with type 2 diabetes. Diabetes Care, 2003;26(12):3215-8

[31] Tapsell LC, Hemphill I, et al. Health benefits of herbs and spices: the past, the present, the future. Med J Aust. 2006;185(4 Suppl):S4-24.

[32] Mason L, Moore RA, et al. Systematic review of topical capsaicin for the treatment of chronic pain. BMJ. 2004;328(7446):991

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et pas à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE