CoEnzyme-Q10-bottle

Fiche d'identité

Un transporteur d’électrons au taquet

Le coenzyme Q10, aussi appelée ubiquinone, est connu pour son rôle clef dans le métabolisme bioénergétique de la mitochondrie, le poumon de nos cellules. Aujourd’hui, son effet anti-oxydant est le sujet de beaucoup d’études visant à réduire les effets de l’âge sur notre peau, notre cœur ou notre cerveau. Parallèlement, il a été démontré que le coenzyme Q10, naturellement présent dans nos cellules, est un bon biomarqueur de l’âge biologique: sa concentration plasmatique diminue au cours du temps mais aussi durant des processus pathologiques tels que le cancer, les maladies neurodégénératives, le diabète ou les maladies cardiovasculaires [1].

Intérêt
Preuve d'Efficacité
Accessibilité

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et pas à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Le coenzyme Q10, un antioxydant magique ?

L’ubiquinone est une substance dont la structure est proche d’une vitamine et dont le rôle principal est de participer au transport des électrons dans la mitochondrie. Une concentration adéquate en coenzyme Q10 est indispensable pour garantir la « respiration » cellulaire et la production d’ATP, notre principale source d’énergie endogène. En parallèle, le coenzyme Q10 fonctionne comme un anti-oxydant, un rôle qu’il joue dans toutes nos cellules en se liant à des lipoprotéines et en les protégeant [2].

Un rôle majeur dans la régulation génétique

Le coenzyme Q10 est reconnu comme un puissant régulateur de l’expression génique [3, 4]. La supplémentation en ubiquinone, ou en composés augmentant sa concentration naturelle, a montré une pléiades d’effets bénéfiques sur la signalisation cellulaire, le métabolisme ou l’inflammation [5]. Cependant, on ne sait pas encore exactement quels mécanismes moléculaires sont impliqués dans ces modifications.

Une molécule qui nous booste et nous protège

En se liant aux lipoprotéines, le coenzyme Q10 les protège de l’oxydation, à la fois au sein des membranes cellulaires et dans les lipides circulants comme le LDL (le « mauvais cholestérol »).  De ce fait, c’est une puissant actif de prévention contre les maladies cardiovasculaires. L’effet anti-athérome (les plaques de gras qui bouchent les artères) du coenzyme Q10 a été démontré dans plusieurs études sur la souris [6]. Il a également un effet preventif contre le vieillissement des artères via des mécanismes de protection des cellules endothéliales [7].

En plus de ces effets anti-âge et notamment cardioprotecteurs, l’ubiquinone agit comme un recycleur de l’acide ascorbique (Vitamine C) et du α-tocopherol (Vitamine E), deux autres anti-oxydants importants apportés par l’alimentation [8].

  • Nombre de publications : plus de 500
  • Molécule disponible : en vente libre
  • Mode d’administration : par voie orale ou topique
  • Posologie : entre 150 et 300 mg/jour

Effet neuroprotecteur : chez des patients présentant des neuropathies, une supplémentation en coenzyme Q10 semble réduire le niveau d’oxydation lipidique dans le plasma protégeant ainsi les neurones [9]. Des effets préventifs, voire curatifs, ont été mis en évidence dans la maladie de Parkinson [10] et la maladie d’Alzheimer [11].

Anti-cancer: la supplémentation en ubiquinone (à hauteur de 400 mg/jour) semble jouer un rôle anti-métastatique et anti-tumoral. Chez des patients atteints d’un mélanome, une étude a démontré une diminution de la taille de la tumeur initiale et une baisse du risque de métastases accompagnée d’un meilleur taux de survie grâce à un apport en coenzyme Q10 [12].

Lutte contre l’infertilité: chez des la souris, il a été démontré que la prise de coenzyme Q10 permettait de retarder la ménopause et de traiter partiellement l’infertilité [13].

Lutte contre le vieillissement de la peau: il n’aura échappé à personne que beaucoup de crèmes anti-rides contiennent du coenzyme Q10. Son effet est avéré sur le vieillissement de la peau [14] et la prévention des problématiques liées au soleil [15].

Aucune étude actuelle n’a démontré d’effets secondaires d’une supplémentation en ubiquinone en-dessous de 1200 mg/jour.

L’absorption est augmentée si l’on prend le supplément avec un repas.

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

[1] Garrido-Maraver J. et al., Clinical applications of coenzyme Q10. Front Biosci (Landmark Ed), 2014 Jan 1;19:619-33

[2] Crane FL. Biochemical functions of coenzyme Q10. J Am Coll Nutr. 2001;20:591–598

[3] Groneberg DA, Kindermann B, Althammer M, Klapper M, Vormann J, et al. Coenzyme Q10 affects expression of genes involved in cell signalling, metabolism and transport in human CaCo-2 cells. Int J Biochem Cell Biol. 2005;37:1208–1218

[4] Schmelzer C, Lindner I, Rimbach G, Niklowitz P, Menke T, Döring F. Functions of coenzyme Q10 in inflammation and gene expression. Biofactors. 2008;32:179–183

[5] Santos-González M, Gómez Díaz C, Navas P, Villalba JM. Modifications of plasma proteome in long-lived rats fed on a coenzyme Q10-supplemented diet. Exp Gerontol. 2007;42:798–806

[6] Witting PK, Pettersson K, Letters J, Stocker R. Anti-atherogenic effect of coenzyme Q10 in apolipoprotein E gene knockout mice. Free Radic Biol Med, 2000, 29(3–4):295–305

[7] Tsai KL, Chen LH et al., Coenzyme Q10 suppresses oxLDL-induced endothelial oxidative injuries by the modulation of LOX-1-mediated ROS generation via the AMPK/PKC/NADPH oxidase signaling pathway. Mol Nutr Food Res, 2011, 55(Suppl 2):S227–S240

[8] Stoyanovsky DA, Osipov AN, Quinn PJ, Kagan VE, Ubiquinone-dependent recycling of vitamin E radicals by superoxide. Arch Biochem Biophys. 1995 Nov 10; 323(2):343-51

[9] Hernandez-Ojeda J, Cardona-Munoz EG et al., The effect of ubiquinone in diabetic polyneuropathy: a randomized double-blind placebo-controlled study. J Diabetes Complicat, 2012, 26(4):352–358

[10] Shults CW, Flint Beal M, Song D, Fontaine D. Pilot trial of high dosages of coenzyme Q10 in patients with Parkinson’s disease. Exp Neurol. 2004;188:491–494

[11] Lee J, Boo JH, Ryu H. The failure of mitochondria leads to neurodegeneration: do mitochondria need a jump start? Adv Drug Deliv Rev. 2009;61:1316–1323

[12] Rusciani L, Proietti I, Rusciani A, Paradisi A, Sbordoni G, et al. Low plasma coenzyme Q10 levels as an independent prognostic factor for melanoma progression. J Am Acad Dermatol. 2006;54:234–241

[13] Ben-Meir A, Burstein E, Borrego-Alvarez A, et al. Coenzyme Q10 restores oocyte mitochondrial function and fertility during reproductive aging. Aging Cell. 2015;14(5):887-895

[14] Knott A, Achterberg V, Smuda C, et al. Topical treatment with coenzyme Q10‐containing formulas improves skin’s Q10 level and provides antioxidative effects. Biofactors (Oxford, England). 2015;41(6):383-390

[15] Yadav NK, Nanda S, Sharma G, Katare OP. Systematically optimized coenzyme q10-loaded novel proniosomal formulation for treatment of photo-induced aging in mice: characterization, biocompatibility studies, biochemical estimations and anti-aging evaluation. J Drug Target. 2016;24(3):257-71

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE