EGCG thé vert

fiche d'identité

EGCG, un nom barbare pour des utilités innombrables

L’épigallocatéchine gallate, de son petit nom scientifique que nous simplifierons par EGCG, est un extrait de thé vert connu depuis longtemps pour ses capacités antioxydantes très puissantes. On la retrouve également dans le thé blanc et, en quantités moins importantes dans le thé noir. Cette catéchine fait maintenant l’objet de toutes les attentions, en particulier dans le traitement du cancer et la prévention des maladies neurodégénératives.

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Le régulateur de cholestérol par excellence

L’EGCG est non seulement un antioxydant, mais participe aussi activement à la réduction du taux de « mauvais cholestérol » (LDL). Une des premières études ayant démontré cet effet date de 2008 [1] mais depuis, plusieurs autres études cliniques ont obtenu des résultats similaires [2, 3]. Cet effet hypocholestérolémiant a également lieu chez les patients souffrant d’hyperlipidémie, un facteur de risque important aux maladies cardiovasculaires [4].

En parallèle, l’EGCG semble avoir un effet sur les AGEs (« Advanced Glycation End-products), des molécules issues de la glycation (ajout non réversible de sucre) des protéines ou des lipides. L’augmentation des AGEs ets liée à beaucoup de maladies dues au vieillissement comme le diabète, l’athérosclérose ou les maladies neurodégéneratives [5]. Par la réduction des AGEs, l’EGCG joue donc un rôle central dans la régulation des lipides et de leurs modifications [6].

Une protection rapprochée pour nos neurones

Lors du vieillissement de notre cerveau, plusieurs protéines se retrouvent clivées, déplacées ou modifiées, donnant lieu à des dégénérescences plus ou moins prononcées et à différentes pathologies. L’EGCG, via la prise de 3 à 6 tasses par jour de thé vert, permet de réduire ces effets neuronaux et à protéger contre certaines maladies, notamment Alzheimer et Huntington [7, 8, 9]. Un équipe japonaise a aussi démontré qu’une supplémentation en EGCG permettait de réduire de 4 fois le risque de développer une maladie d’Alzheimer et favorisait la formation et le maintien des connections synaptiques entre les neurones [10].

Et le vieillissement, alors ?

En plus de ses effets spécifiques sur le métabolisme lipidique et les maladies neurodégénératives, l’EGCG joue un rôle important dans la réponse au stress oxydant et la régulation génique, deux mécanismes centraux du vieillissement. Elle est impliquée dans la méthylation de l’ADN via la régulation de l’ADN méthyl-transférase [11], un phénomène qui varie avec l’âge et permet l’expression aberrante de certaines protéines, ou l’inhibition de la la synthèse de protéines centrales au bon fonctionnement de nos cellules. L’EGCG joue également un rôle dans la réponse de la mitochondrie au stress oxydant [12].

En régulant ces mécanismes, l’EGCG participe activement à la lutte contre le vieillissement. Bien que non suffisante en elle-même, cette catéchine apporte des éléments bénéfiques pour nous permettre de vieillir en meilleure santé.

  • Nombre de publications : environ 1000
  • Molécule disponible : en vente libre
  • Mode d’administration : par voie orale
  • Posologie : entre 500 mg et 3 g/jour

Maladies cardiovasculaires : par ses effets hypocholestérolémiants, l’EGCG réduit le risque d’athérosclérose et d’accidents cardiovasculaires. Elle semble aussi avoir un rôle dans la régulation de la synthèse de NO, un vasodilatateur central dans la plasticité artérielle, par son action sur la NOsynthase présente dans les cellules tapissant nos vaisseaux [13].

Obésité et diabète : les consommateurs assidus de thé vert ont un pourcentage de masse graisseuse (en particulier ventrale) inférieur à la population ne buvant pas de thé. Par un mécanisme mimétique de l’insuline, l’EGCG participe à la baisse de glucose sanguin, diminuant ainsi le poids corporel, la faim et les niveaux d’insuline [14].

Cancer : de part son rôle affectant la méthylation de l’ADN, l’EGCG est un excellent candidat pour la prévention du cancer, souvent lié à des expressions protéiques anarchiques. Après des études intéressantes chez des patients déjà atteints, notamment de cancer de la prostate [15], plusieurs études cliniques sont actuellement en cours pour déterminer l’effet de l’EGCG sur le cancer, en partenariat avec une thérapeutique classique. Il semblerait que le taux de rémission soit supérieur chez les patients prenant la catéchine en plus de leur chimiothérapie et/ou radiothérapie.

Aucun effet secondaire n’a été trouvé dans le cadre d’une supplémentation allant jusqu’à 10 g / jour chez des personnes saines.

Attention toutefois, si vous vous supplémentez en ne buvant que du thé vert, à la dose de caféine ingérée qui ne doit pas dépasser 500 mg / jour. L’ECGC peut aussi entrainer une malabsorption du fer, il faudra éviter d’en prendre si vous êtes anémié(e)s ou prenez du fer en supplément.

En association avec certaines autres plantes ou médicaments, l’EGCG peut provoquer des problèmes hépatiques (avec la bourrache) ou des saignements (avec le ginseng ou l’aspirine).

[1] Hooper L, Kroon PA, et al. Flavonoids, flavonoid-rich foods, and cardiovascular risk: a meta-analysis of randomized controlled trials. Am J Clin Nutr. 2008 Jul;88(1):38-50

[2] Nantz MP, Rowe CA, et al. Standardized capsule of Camellia sinensis lowers cardiovascular risk factors in a randomized, double-blind, placebo-controlled study. Nutrition. 2009 Feb;25(2):147-54

[3] Nagao T, Hase T, Tokimitsu I. A green tea extract high in catechins reduces body fat and cardiovascular risks in humans. Obesity (Silver Spring). 2007 Jun;15(6):1473-83

[4] Kim, A., Chiu, A., Barone, M. K., Avino, D., Wang, F., Coleman, C. I., and Phung, O. J. Green tea catechins decrease total and low-density lipoprotein cholesterol: a systematic review and meta-analysis. J.Am.Diet.Assoc. 2011;111(11):1720-1729

[5] Wang M, Zhang X, Zhong YJ, Perera N, Shahidi F.Antiglycation activity of lipophilized epigallocatechin gallate (EGCG) derivatives. Food Chem. 2016 Jan 1;190:1022-1026

[6] Vistoli, G; De Maddis, D; Cipak, A; Zarkovic, N; Carini, M; Aldini, G. Advanced glycoxidation and lipoxidation end products (AGEs and ALEs): an overview of their mechanisms of formation. Free Radic Res. 2013;47:Suppl 1:3–27

[7] de la Torre R, Dierssen M. Therapeutic approaches in the improvement of cognitive performance in Down syndrome: past, present, and future. Prog Brain Res. 2012;197:1-14

[8] Obregon DF, Rezai-Zadeh K, Bai Y, Sun N, Hou H, Ehrhart J, Zeng J, Mori T, Arendash GW, Shytle D, Town T, Tan J. ADAM10 activation is required for green tea (-)-epigallocatechin-3-gallate-induced alpha-secretase cleavage of amyloid precursor protein. J Biol Chem. 2006 Jun 16;281(24):16419-27

[9] Ehrnhoefer DE, Duennwald M, Markovic P, Wacker JL, Engemann S, Roark M, Legleiter J, Marsh JL, Thompson LM, Lindquist S, Muchowski PJ, Wanker EE. Green tea (-)-epigallocatechin-gallate modulates early events in huntingtin misfolding and reduces toxicity in Huntington’s disease models. Hum Mol Genet. 2006 Sep 15;15(18):2743-51

[10] Schmidt A et coll Green tea extract enhances parieto-frontal connectivity during working memory processing. Psychopharmacology, 2014 Oct;231(19):3879-88

[11] Won Jun Lee, Joong-Youn Shim et Bao Ting Zhu, Mechanisms for the Inhibition of DNA Methyltransferases by Tea Catechins and Bioflavonoids, Molecular Pharmacology, 2005;68:4, p.1018-1030

[12] Qingying Meng, Chidambaram Natesa Velalar, and Runsheng Ruan. Mitochondrial Integrity, and Antioxidative Enzyme Activity in Fischer 344 Rats by Supplementation of the Antioxidant Epigallocatechin-3-Gallate, Rejuvenation Research. 2008;649-660

[13] Ouyang P. et al., Grean tea polyphenols inhibit low density lipoprotein-induced proliferation of rat vascular smooth muscle cells, Di Yi Jun Yi Da Xue Xue Bao, 2004; 24(9):975-9

[14] Tsuneki H. et al., Effect of green tea on blood glucose levels and serum proteomic patterns in diabetic mice and on glucose metabolism in healthy human, BMC Pharmacol., 2004; 4(1):18

[15] Bettuzzi et al. Chemoprevention of human prostate cancer by oral administration of green tea catechins in volunteers with high-grade prostate intraepithelial neoplasia: a preliminary report from a one-year proof-of-principle study. Cancer Res. 2006;66(2):1234-40

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et non à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE