Carnitine

fiche d'identité

Des molécules naturelles contre le vieillissement

La carnitine et la carnosine sont des peptides composés d’acides aminés, la lysine et la méthionine pour la première, la β-alanine et l’histidine pour la seconde. Elles ont été découvertes au début du 20ème siècle, mais leurs applications dans les maladies liées à l’âge est relativement récente, avec un nombre d’études augmentant régulièrement depuis le début des années 2000. Initialement, la carnitine est retrouvée dans les viandes rouges, quelques produits laitiers et l’avocat, et la carnosine dans les fruits de mer et les viandes riches en protéines. Aujourd’hui, elles existent toutes deux sous forme de compléments très populaires.

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Construire du muscle pour nous protéger

La carnitine est reconnu pour ses effets sur la masse musculaire [1]. Elle permet en effet de transporter correctement les acides gras dans les mitochondries, où ils sont transformés en énergie. Non seulement elle facilite la perte de poids, mais elle entretient également le muscle, en lui fournissant l’énergie nécessaire à son action [2]. Parallèlement, la carnitine permet de détoxifier la mitochondrie, en augmentant l’élimination de ses déchets [3]. Les plus fortes concentrations de carnitine sont retrouvées dans le muscle strié (celui qui permet notre mouvement) dans le cœur et dans le cerveau, trois tissus ayant un grand besoin d’énergie. Lors du vieillissement, la proportion de carnitine dans nos cellules peut diminuer drastiquement, jusqu’à précariser la fonction mitochondriale et le maintien de la masse musculaire. D’où l’intérêt de la supplémentation en carnitine, qui protège contre certaines fibromalgies et sarcopénies [4]. En combinaison avec la carnosine, elle protège également le système cardiovasculaire, la carnosine diminuant le cholestérol et les risques de développer une athérosclérose, et la carnitine ayant un effet positif sur le système vasculaire périphérique [5, 6].

Il faut cependant distinguer deux formes de carnitine : la L-carnitine et l’acétyl-L-carnitine. La L-carnitine est celle utilisée par les bodybuilders, car c’est celle qui favorise la prise de masse musculaire en parallèle d’un régime adapté. L’acétyl-L-carnitine est une forme dérivée de la première, capable de passer la barrière hémato-encéphalique (la protection entre le sang et le cerveau), dont les effets neuro-protecteurs semblent intéressants. Cette forme peut également être utilisée par le cerveau pour synthétiser de l’acétylcholine, un neurotransmetteur central. La carnosine complémente les effets de la carnitine, car c’est un antioxydant puissant, dont l’action se centralise dans le système nerveux et les muscles [7].

Des alliées pour entretenir notre cerveau

La supplémentation conjointe en carnitine et carnosine semble avoir un effet bénéfique sur les maladies neurodégénératives, en particulier la maladie d’Alzheimer [8]. La carnosine réduit en effet les plaques amyloïdes, responsables de la mauvaise connexion entre les neurones et la mort progressive de ceux-ci, tandis que la carnitine diminue la perte de mémoire [9]. En plus de son action anti-oxydante et booster des mitochondries, la carnosine est un chelateur, c’est à dire qu’il agit comme un piège à métaux lourds, des éléments toxiques pour notre cerveau [7]. En parallèle, la carnitine et la carnosine semblent augmenter l’assimilation du sucre chez les diabétiques, réduisant le taux de sucre circulant [10, 11]. Elles ont également un rôle dans les neuropathies diabétiques, un effet secondaire du diabète endommageant le cerveau [11]. Toutes ces actions protègent notre cerveau et le maintienne en bonne santé au cours du vieillissement.

  • Nombre de publications : Environ 1000
  • Molécule disponible : en vente libre
  • Mode d’administration : par voie orale
  • Posologie : pour la carnitine, entre 1 et 4 g / jour, à jeun. Pour la carnosine environ 1 g / jour en deux prises (une le matin et une dans l’après-midi) pour étaler l’apport en carnosine.

Aucun effet indésirable aux doses indiquées n’a été établi. Cependant, en cas de surdosage, la carnosine peut entrainer des insomnies, et la carnitine, des maux de ventre.

Il faudra favoriser les formes naturelles de carnitine et de carnosine, leur biodisponibilité étant plus importante que celle des formes synthétiques (vérifier la composition de vos compléments alimentaires). Pour la carnitine, il faudra éviter de prendre de la D-carnitine, qui interfère avec la L-carnitine naturelle apportée par votre alimentation. Enfin, il est tout à fait possible de cumuler L-carnitine, L-carnosine et acétyl-L-carnitine pour bénéficier de leurs effets bénéfiques complémentaires.

[1] Broad EM, Maughan RJ, Galloway SD. Effects of four weeks L-carnitine L-tartrate ingestion on substrate utilization during prolonged exercise. Int J Sport Nutr Exerc Metab. 2005;15(6):665-79

[2] Pooyandjoo M, Nouhi M, Shab-Bidar S, Djafarian K, Olyaeemanesh A.The effect of (L-)carnitine on weight loss in adults: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. Obes Rev. 2016;17(10):970-6

[3] Arrigoni-Martelli E, Caso V, Carnitine protects mitochondria and removes toxic acyls from xenobiotics. Drugs Exp Clin Res. 2001; 27(1):27-49

[4] Sawicka AK, Hartmane D, Lipinska P, Wojtowicz E, Lysiak-Szydlowska W, Olek RA. l-Carnitine Supplementation in Older Women. A Pilot Study on Aging Skeletal Muscle Mass and Function. Nutrients. 2018;10(2):255

[5] Ussher JR, Lopaschuk GD, Arduini A. Gut microbiota metabolism of L-carnitine and cardiovascular risk. Atherosclerosis. 2013;231(2):456-61

[6] Brown BE, Kim CH et al. Supplementation with carnosine decreases plasma triglycerides and modulates atherosclerotic plaque composition in diabetic apo E(-/-) mice. Atherosclerosis. 2014;232(2):403-9

[7] Boldyrev AA, Aldini G, Derave W. Physiology and pathophysiology of carnosine. Physiol Rev. 2013;93(4):1803-45

[8] Corona C, Frazzini V, Silvestri E, et al. Effects of Dietary Supplementation of Carnosine on Mitochondrial Dysfunction, Amyloid Pathology, and Cognitive Deficits in 3xTg-AD Mice. Feany M, ed. PLoS ONE. 2011;6(3):e17971

[9] Jiang X, Tian Q, Wang Y, Zhou XW, Xie JZ, Wang JZ, Zhu LQ.Acetyl-L-carnitine ameliorates spatial memory deficits induced by inhibition of phosphoinositol-3 kinase and protein kinase C. J Neurochem. 2011;118(5):864-78

[10] Giancaterini A, et al. Acetyl-L-carnitine infusion increases glucose disposal in type 2 diabetic patients. Metabolism 2000;49(6):704-8

[11] Yamano T,et al. Effect of L-carnosine on the hyperglycemia caused by intracranial injection of 2-deoxy-D-glucose in rats. Neurosci Lett 2001;313(1-2):78-82.

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et non à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE