curcumine vertus

Fiche d'identité

Une molécule aux effets incroyables

La curcumine est le principe actif du curcuma, une épice largement utilisée dans la cuisine indienne et la médecine chinoise. Cette molécule est connue pour ses vertus préventives contre le cancer et les maladies neurodégénératives mais beaucoup d’études lui octroient encore bien d’autres bénéfices, notamment sur la régulation de la longueur des télomères, l’inflammation ou simplement sur le vieillissement de la peau.

Elle est impliquée dans des mécanismes de signalisation cellulaire et de régulation génique qui lui permettent d’agir sur le vieillissement global de notre corps.

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Comment peut-elle promouvoir la longévité ?

La curcumine : son rôle anti-inflammatoire et anti-oxydant

Il est de notoriété publique que l’inflammation joue un rôle clef dans le vieillissement. Plusieurs études ont mis en évidence l’impact positif de la supplémentation en curcumine dans des maladies métaboliques telles que le diabète, des maladies neurodégénératives telles que l’Alzheimer ou Parkinson ou encore des cancers, dont le principal phénomène commun est l’inflammation [1, 2, 3, 4].

Une étude a parue récemment démontre, chez des animaux atteints de la maladie d’Alzheimer, la fixation de la curcumine sur l’A-béta, empêchant ainsi la formation de plaques amyloïdes et l’apparition d’une inflammation chronique [5].

D’autres études se sont intéressées à la modulation des molécules pro-inflammatoires, comme certaines enzymes (phospholipase, lipo-oxygenase, cyclo-oxygenase 2) et cytokines (TNF-alpha, IL-1, IL-6…), par la curcumine et sont tout aussi concluantes [6, 7].

La curcumine et la régulation génique

Toujours chez la souris, plusieurs études ont prouvé l’efficacité de la curcumine sur trois types de cancers fréquents : le colon, le poumon et la prostate. Dans toutes les études, la taille des tumeurs étaient significativement réduite et le taux de survie post-traitement était augmenté jusqu’à trois fois. L’explication revenant le plus souvent pour comprendre cet effet est la suivante : la curcumine est capable de réguler l’expression de certaines protéines pro-cancer en se fixant sur les gènes codant pour celles-ci [8, 9, 10, 11].

Vers un allongement de la vie ?

Dans le contexte des maladies neurodégénératives, une étude s’est penchée sur la question des télomères et de leur régulation par la curcumine. Il semble que celle-ci agit sur la télomérase, l’enzyme responsable de l’élongation des télomères lors de la division de nos cellules. Via l’augmentation de l’expression de la télomérase, les télomères sont conservés plus longtemps, augmentant ainsi la durée de vie de nos cellules [12].

  • Nombre de publications: plus de 200
  • Molecule disponible: en vente libre
  • Voie d’administration : orale
  • Posologie: environ 500-1000 mg/jour

Les utilisations de la curcumine sont extrêmement diverses.

Prévention du vieillissement de la peau: en ajoutant des extraits de curcuma à un masque ou une crème, il a été démontré un effet majeur sur la réduction de l’aspect des rides et de la production de sébum. Au niveau systémique, l’action anti-oxydante de la curcumine a un impact bénéfique sur le vieillissement de la peau [13].

Prévention et traitement des maladies auto-immunes: du fait de son action anti-inflammatoire et anti-oxydante, la supplémentation en curcumine est recommandée dans le traitement du lupus par exemple [14].

Augmentation de la neurogenèse: dans une étude chez l’animal, l’injection de curcumine a montré une augmentation de la neurogénèse (la formation de nouveaux neurones), notamment hippocampique, une zone du cerveau importante dans les processus mnésiques [15, 16].

Traitement de la dysfonction érectile: la curcumine, par la régulation du métabolisme du monoxyde d’azote (NO) permettrait de traiter de manière naturelle les problèmes érectiles liés à l’âge. Le NO est un vasodilatateur (il permet aux vaisseaux de s’ouvrir et de laisser passer plus de sang), un processus central à l’érection [17].

Prévention de l’hypercholestérolémie: la supplémentation en curcumine permettrait de baisser le cholestérol [18].

Précautions d’emploi de la curcumine

Effets secondaires: Dans de rares cas, la prise de curcumine peut entrainer des brûlures d’estomac. Bien qu’on ne signale aucun cas d’effet indésirable lié à la consommation de curcumine durant la grossesse, certains auteurs estiment qu’en raison de son emploi traditionnel pour traiter l’aménorrhée (absence de menstruations), les femmes enceintes devraient éviter de prendre de fortes doses de curcumine.

Toxicité: des études toxicologiques chez l’Homme ont été conduites et ne déterminent aucun effets toxiques, jusqu’à une dose de 8000 mg/jour [19].

Molécule complémentaire:  Les effets de la curcumine peuvent s’ajouter à ceux d’autres plantes ou produits naturels ou médicaments ayant un effet anti-inflammatoire. Son association au poivre est fréquent car cela augmente significativement l’action de la curcumine.

Attention ! La prise de curcumine peut diminuer l’absorption de certains médicaments comme la phenytoine (Dilantin), le propranolol (Inderal) ou la theophylline.

Il est également important de noter que beaucoup d’études ont été réalisées chez l’animal et que le mode de supplémentation était souvent sous forme d’injection. Il existe un débat sur la dose à prendre et la façon dont notre corps absorbe la curcumine [19, 20].

[1] Venigalla M, Gyengesi E, Munch G. Curcumin and Apigenin – novel and promising therapeutics against chronic neuroinflammation in Alzheimer’s disease. Neural Regen Res. 2015;10(8):1181-5

[2] Goel A, Aggarwal BB. Curcumin, the golden spice from Indian saffron, is a chemosensitizer and radiosensitizer for tumors and chemoprotector and radioprotector for normal organs. Nutr Cancer. 2010;62(7):919-30

[3] Cheng CY, Lin YH, Su CC. Curcumin inhibits the proliferation of human hepatocellular carcinoma J5 cells by inducing endoplasmic reticulum stress and mitochondrial dysfunction. Int J Mol Med. 2010;26(5):673-8

[4] Chen Q, Gao Q, Chen K, et al. Curcumin suppresses migration and invasion of human endometrial carcinoma cells. Oncol Lett. 2015;10(3):1297-302

[5] Cole GM, Teter B, Frautschy SA. Neuroprotective effects of curcumin. Adv Exp Med Biol. 2007;595:197-212

[6] Abe Y, Hashimoto S, Horie T. Curcumin inhibition of inflammatory cytokine production by human peripheral blood monocytes and alveolar macrophages. Pharmacol Res. 1999;39(1):41-7

[7] Sikora E, Bielak-Zmijewska A, Mosieniak G, Piwocka K.The promise of slow down ageing may come from curcumin. Curr Pharm Des. 2010;16(7):884-92

[8] Byun SY, Kim DB, Kim E. Curcumin ameliorates the tumor-enhancing effects of a high-protein diet in an azoxymethane-induced mouse model of colon carcinogenesis. Nutr Res. 2015;35(8):726-35

[9] Yang J, Ning J, Peng L, et al. Effect of curcumin on Bcl-2 and Bax expression in nude mice prostate cancer. Int J Clin Exp Pathol. 2015;8(8):9272-8

[10] Ramasamy TS, Ayob AZ, Myint HH, et al. Targeting colorectal cancer stem cells using curcumin and curcumin analogues: insights into the mechanism of the therapeutic efficacy. Cancer Cell Int. 2015;15:96

[11] Bose S, Panda AK, Mukherjee S, et al. Curcumin and tumor immune-editing: resurrecting the immune system. Cell Div. 2015;10:6

[12] Xiao Z, Zhang A, Lin J, et al. Telomerase: a target for therapeutic effects of curcumin and a curcumin derivative in aβ1-42 insult in vitro. PLoS One. 2014 Jul 1;9(7):e101251

[13] Vaughn AR, Branum A, Sivamani RK, Effects of Turmeric (Curcuma longa) on Skin Health: A Systematic Review of the Clinical Evidence. Phytother Res. 2016 Aug;30(8):1243-64

[14] Jurenka JS. Anti-inflammatory properties of curcumin, a major constituent of Curcuma longa: a review of preclinical and clinical research. Altern Med Rev. 2009 Jun;14(2):141-53

[15] Kim SJ, Son TG, Park HR, et al. Curcumin stimulates proliferation of embryonic neural progenitor cells and neurogenesis in the adult hippocampus. J Biol Chem. 2008;283(21):14497-505

[16] Kang SK, Cha SH, Jeon HG. Curcumin-induced histone hypoacetylation enhances caspase-3-dependent glioma cell death and neurogenesis of neural progenitor cells. Stem Cells Dev. 2006;15(2):165-74

[17] Zaahkouk AM, Abdel Aziz MT et al. Efficacy of a novel water-soluble curcumin derivative versus sildenafil citrate in mediating erectile function. Int J Impot Res. 2015 Jan-Feb;27(1):9-15

[18] Soni KB, Kuttan R. Effect of oral curcumin administration on serum peroxides and cholesterol levels in human volunteers. Indian J Physiol Pharmacol. 1992;36(4):273-5

[19] Chainani-Wu N, Safety and anti-inflammatory activity of curcumin: a component of tumeric (Curcuma longa). J Altern Complement Med. 2003 Feb;9(1):161-8

[20] Kathryn M. Nelson, Jayme L. Dahlin, The Essential Medicinal Chemistry of Curcumin, J. Med. Chem. 2017, 60 (5), pp 1620–1637

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et pas à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE