IP6-long-long-life-cancer

Fiche d'identité

IP6 : un dérivé de la vitamine B qui en a sous le capot

L’Inositol héxaphosphate (IP6) est un composé naturel présent dans beaucoup de plantes, légumes et aliments à haute teneur en fibres, comme les céréales. Il est aussi retrouvé dans nos cellules et toutes celles des mammifères, où il joue un rôle central dans la transduction des signaux inter et intra-cellulaires, la prolifération cellulaire et la différenciation [1].

Reconnu depuis longtemps comme un antioxydant [2], IP6 a récemment été l’objet de plusieurs études pour son rôle préventif dans le cancer et sa participation à la réduction de la taille des tumeurs et de l’expansion des métastases déjà existantes [3]. En plus de ces fonctions majeures, il est également impliqué dans l’amélioration de notre système immunitaire, la diminution du cholestérol et le maintien d’une fonction rénale adéquate.

Intérêt
Preuve d'efficacité
Accessibilité

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

IP6 : l’avenir de la lutte contre les maladies associées au vieillissement

IP6 est une molécule rapidement absorbée, contrairement à ce que sa structure chimique aurait pu laisser penser. En effet, les charges et l’encombrement des six groupements phosphate de la molécule (« hexaphosphate ») auraient pu poser problème lors d’une supplémentation orale en IP6. Il est au final absorbé puis déphosphorylé pour donner des dérivés d’inositol avec un nombre de phosphates plus bas, comme l’inositol triphosphate (IP3), un acteur central de la signalisation cellulaire lipidique.

Une action anti-cancer

En plus de réduire la prolifération cellulaire, IP6 permet de réduire la différenciation des cellules malignes. Pour rappel, le cancer est lié à des cellules qui, non seulement se divisent très vite, mais perdent également une partie des signaux qui garantissent le devenir physiologique d’une cellule : des cellules du colon, par exemple, vont devenir, au fil de leurs divisions, des cellules de moins en moins différenciées dont le phénotype sera de plus en plus éloigné de leur fonction. C’est comme cela que des cellules normales perdent leur fonction initiale et deviennent des cellules tumorales. Une supplémentation en IP6 a montré une baisse de ce processus et une redirection des cellules tumorales vers un phénotype plus proche des cellules de l’organe dans lequel la tumeur s’est développée [3]. Le boost immunitaire également observé lors de la supplémentation en IP6, combiné à ses effets antioxydants, contribue à former un environnement toxique pour le développement des tumeurs et participe ainsi à leur destruction [4]. La combinaison de l’inositol (le précurseur d’IP6) et d’IP6 a montré des effets très prometteurs chez l’animal en terme de lutte contre le cancer [4]. Une étude pilote menée chez des patients en phase avancée de cancer du colon a démontré une efficacité sur la réduction des effets secondaires lié à la chimiothérapie accompagnée d’une diminution de la taille des tumeurs et des métastases observées [5].

Une étude récente a démontré un effet sur P53 et P21, deux protéines centrales dans le cycle cellulaire : IP6 inhibe P21, induisant un arrêt du cycle cellulaire dépendant de P53, permettant d’éliminer les cellules tumorales et d’activer l’apoptose des cellules déficientes [6]. Il existe probablement d’autres mécanismes d’action expliquant l’effet anti-cancer de IP6 mais ils sont peu connus et font l’objet d’études encore en cours.

Une action sur d’autres maladies liées au vieillissement

IP6 a des effets assez variés sur la santé humaine

  • Il favorise la diminution de la formation des calculs rénaux grâce à la réduction de l’hypercalcémie responsable de la formation de ces calculs [7]. En plus du métabolisme du calcium, c’est également un régulateur du métabolisme du zinc et du fer.
  • Il a un effet hypocholestérolémiant qui peut présenter des intérêts majeurs dans le cadre de la prise en charge des maladies métaboliques, comme le diabète ou l’hyperlipidémie, mais aussi dans les maladies cardio-vasculaires [8].
  • Il inhibe l’agrégation plaquettaire [9] et a un effet protecteur sur le cœur après un infarctus (problématique de l’ischémie-reperfusion) [10], deux processus centraux dans le management des maladies cardio-vasculaires.
  • Il a un effet sur la vision, en particulier sur la dégénérescence maculaire, qui a pu être grandement améliorée lors d’une étude pilote [11].
  • Il a effet probable sur les maladies neurodégénératives [12].

Une action pro-immunitaire

IP6 est connu pour son action sur le système immunitaire. Il est en effet un activateur des cellules NK (natural killer), un sous-groupe de lymphocytes qui constitue notre première ligne de défense en cas de maladies inconnues de notre système [13]. C’est l’une des caractéristiques qui en fait un anti-cancer puissant, mais aussi un booster général de notre système immunitaire.

Globalement, IP6 est une molécule très prometteuse qui nécessite encore des essais cliniques afin d’élucider totalement son rôle anti-vieillissement et ses mécanismes d’action.

  • Nombre de publications : environ 50
  • Molécule disponible : précurseur (inositol) et IP6 en vente libre
  • Mode d’administration : par voie orale
  • Posologie : dépendante de l’application et de la molécule choisie. Pour le précurseur, on retrouve des posologies aux alentours de 1000 à 2000 mg par jour, en prévention. Lorsque IP6 et inositol sont combinés, les posologies vont de 500 mg à 3000 mg par jour, en prévention. Pour le traitement, ou l’accompagnement d’une chimiothérapie, il faudra voir cela avec votre médecin.

Peu d’effets secondaires ont été répertoriés mais une anémie peut avoir lieu, en particulier chez les femmes en âge d’avoir des enfants. Du fait de son activité anti-agrégante, la prise d’IP6 peut entrainer une fluidification du sang et provoquer des saignements plus longs.

IP6 a été classé dans les compléments GRAS (Generally Recognized As Safe).

[1] Larsson, O., Barker, C. J., Sjöholm, Å., Carlqvist, H., Mitchell, R. H., Bertorello, A., Nilsson, T., Honkanen, R. E., Mayr, G. W., Zwiller, J. & Berggren, P.-O. Inhibition of phosphatases and increased Ca2+ channel activity by inositol hexakisphosphate. Science, 1997, 278:471–474

[2] Graf E., Eaton J.W., Antioxydant functions of phytic acid. Free Radi. Biol. Med. 1990, 8:61-69

[3] Vucenik I, Shamsuddin AM. Protection against cancer by dietary IP6 and inositol. Nutr Cancer. 2006;55(2):109-25

[4] Vucenik I, Shamsuddin AM. Cancer inhibition by inositol hexaphosphate (IP6) and inositol: from laboratory to clinic. J Nutr. 2003 Nov;133(11 Suppl 1):3778S-3784S

[5] Druzijanic, N., Juricic, J., Perko, Z. & Kraljevic, D. IP-6 & inositol: adjuvant to chemotherapy of colon cancer. A pilot clinical trial. Rev. Oncologia, 2002, 4: 171

[6] Singh J, Gupta KP Inositol hexaphosphate induces apoptosis by coordinative modulation of P53, Bcl-2 and sequential activation of caspases in 7,12 dimethylbenz[a]anthracene exposed mouse epidermis. J Environ Pathol Toxicol Oncol. 2008;27(3):209-17

[7] Henneman, P. H., Benedict, P. H., Forbes, A. P. & Dudley, H. R. Idiopathic hypercalciuria. N. Engl. J. Med. 1958, 17: 802–807

[8] Jariwalla, R. J., Sabin, R., Lawson, S. & Herman, Z. S. Lowering of serum cholesterol and triglycerides and modulations by dietary phytate. J. Appl. Nutr. 1990, 42: 18–28

[9] Vucenik, I., Podczasy, J. J. & Shamsuddin, A. M. Antiplatelet activity of inositol hexaposphate (IP6). Anticancer Res. 1999, 19: 3689–3693

[10] Rao, P. S., Liu, X. K., Das, D. K., Weinstein, G. S. & Tyras, D. H. Protection of ischemic heart from reperfusion injury by myo-inositol hexaphosphate, a natural antioxidant. Ann. Thorac. Surg.1991, 52: 908–912

[11] Richer S, Patel S, Sockanathan S, Ulanski LJ, Miller L, Podella C. Resveratrol Based Oral Nutritional Supplement Produces Long-Term Beneficial Effects on Structure and Visual Function in Human Patients. Nutrients. 2014;6(10):4404-4420

[12] Xu Q, Kanthasamy AG, Reddy MB. Neuroprotective effect of the natural iron chelator, phytic acid in a cell culture model of Parkinson’s disease. Toxicology. 2008 Mar 12;245(1-2):101-8

[13] Zhang Z, Song Y, Wang X-L. Inositol hexaphosphate-induced enhancement of natural killer cell activity correlates with suppression of colon carcinogenesis in rats. World Journal of Gastroenterology : WJG. 2005;11(32):5044-5046

AVERTISSEMENT

Les informations contenues sur le présent site ne constituent ni directement, ni indirectement un avis médical. Les informations fournies sont destinées à informer, et non à remplacer la relation directe entre un patient et un professionnel de santé. En aucun cas les informations éditées sur le site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation, une visite ou un diagnostic formulé par un médecin, ou être interprétées comme assurant la promotion de certaines molécules ou produits médicaux.
Long Long Life ne saurait être tenu responsable de tout acte et prise de décision en lien ou non avec les informations mentionnées sur le présent site.
Long Long Life ne garantit en aucun cas un quelconque résultat à la suite de la mise en application des informations éditées sur le présent site.
L’automédication peut s’avérer dangereuse pour la santé, veuillez consulter un médecin avant de débuter un traitement, quel qu’il soit.
 

Chez Long Long Life, nous ne vendons pas ces produits car nous pensons que c’est le prix de la liberté. Nous ne sommes pas des intermédiaires de vente.

Puisque nous n’avons pas d’intérêt financier, nous pouvons vous dire toute la vérité sur les traitements développés à l’heure actuelle pour lutter contre le vieillissement et vous offrir la meilleure information possible.

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE