1001 façons d’agresser une cellule

Stress oxydant, hypoxique, thermique, chimique, osmotique, ionisant, génotoxique… autant de façons de stresser une cellule et la liste n’est même pas exhaustive ! Lorsque notre organisme est soumis à ces agressions, les cellules n’ont que deux options, s’adapter ou mourir.

Quand on parle d’adaptation, on fait référence à tous les mécanismes mis en place pour répondre à un stress. Par exemple, si une cellule est étirée (comme lors d’un effort physique), elle sera capable de modifier son cytosquelette (la structure qui maintient son anatomie) afin de ne pas se déchirer et revenir à sa forme initiale par la suite. Lors de stress pathologiques, comme l’exposition à des éléments toxiques, la cellule sera également capable d’augmenter sa capacité à traiter les déchets afin de répondre à cet événement. Ces processus d’adaptation vont parfois beaucoup plus loin que cela, allant jusqu’à modifier l’expression d’une protéine, la structure de l’ADN ou encore le métabolisme énergétique de la cellule.

En revanche, lorsque la cellule est débordée, qu’elle n’arrive plus à s’adapter pour faire face au stress auquel elle est soumis, elle pourra enclencher son apoptose, une mort cellulaire programmée, qui sera son ultime recours pour répondre aux agressions.

Au cours des 10 dernières années, l’étude du stress cellulaire a pris une place importante dans la recherche, tant en termes de pathologies que de vieillissement.

En effet, le stress oxydant est devenu une préoccupation première notamment dans les maladies cardiovasculaires et neurodégénératives ainsi que dans la mise en place des cancers, des pathologies largement liées au vieillissement et à la capacité de nos cellules à gérer le stress.

Quelles cibles pour le stress cellulaire ?

Il peut non seulement prendre plusieurs formes mais également cibler plusieurs organites : le noyau (le berceau de notre information génétique sous forme d’ADN), la mitochondrie (la machinerie énergétique de nos cellules) et le réticulum endoplasmique (l’endroit où la synthèse des protéines se déroule) sont ses cibles privilégiées, mais les peroxysomes (responsables d’une partie des modifications des lipides et des acides aminés ainsi que de la synthèse des espèces réactives de l’oxygène) ou la membrane cellulaire peuvent aussi être touchés.

Dans ce dossier, nous allons essayer de comprendre comment fonctionne le stress cellulaire, sous quelle forme il se manifeste, quels outils les cellules et les organites ont à leur disposition pour réagir et apporter des éléments de réponse quant à sa prévention et son rôle dans le vieillissement. Un vaste programme !

Tout notre dossier Stress cellulaire et vieillissement :

Stress cellulaire et vieillissement, binôme obligatoire ?

6949253131_028b82bfaf_q
Bien que communément acquis par la communauté scientifique comme un facteur de risque et un déterminant de certaines maladies, beaucoup de questionnements subsistent vis à vis du stress cellulaire. Son rôle dans les pathologies liées au vieillissement et le vieillissement lui-même est toujours en cours d’étude.

Partie 1 : Les différents types de stress cellulaires

24206656442_4b68a7bf45_qQuand on parle de stress cellulaire, nous pouvons faire référence à beaucoup de mécanismes différents, des stress mécanique, toxique, chimique, thermique, osmotique, ionisant… tous participant au vieillissement de nos cellules.

Partie 2 : Les organites touchés par le stress cellulaire

5195893155_a7140e7f47_oLe stress cellulaire est transmis par différents organites dans nos cellules, notamment la mitochondrie, le réticulum et le noyau, pour ne citer qu’eux. Leurs réponses varient et peuvent donner deux options à la cellule stressée: survivre et s’adapter ou mourir.

Partie 3 : Comment maîtriser le stress cellulaire

6964655863_07889541b3_oAfin de ralentir le vieillissement de nos cellules, il est indispensable de maîtriser le stress cellulaire. Dans cette partie, nous ferons le tour des techniques et/ou médicaments actuellement plébiscités pour traiter le stress cellulaire sous toutes ses formes.

Dr. Marion Tible

Marion Tible Long Long Life

Author/Reviewer

Auteure/Relectrice

Marion Tible has a PhD in cellular biology and physiopathology. Formerly a researcher in thematics varying from cardiology to neurodegenerative diseases, she is now part of Long Long Life team and is involved in scientific writing and anti-aging research.

More about the Long Long Life team

Marion Tible est docteur en biologie cellulaire et physiopathologie. Ancienne chercheuse dans des thématiques oscillant de la cardiologie aux maladies neurodégénératives, elle est aujourd’hui impliquée au sein de Long Long Life pour la rédaction scientifique et la recherche contre le vieillissement.

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

Dr Guilhem Velvé Casquillas

Author/Reviewer

Auteur/Relecteur

Physics PhD, CEO NBIC Valley, CEO Long Long Life, CEO Elvesys Microfluidic Innovation Center

More about the Long Long Life team

Docteur en physique, CEO NBIC Valley, CEO Long Long Life, CEO Elvesys Microfluidic Innovation Center

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life

SHARE