Conférence TEDx Brest : transhumanisme et vieillissement

Guilhem Velvé Casquillas, ancien chercheur, multi-entrepreneur et transhumaniste convaincu, partage avec nous sa conviction : que la révolution technologique en cours dans le domaine des biotechnologies pourrait faire de nous la première génération d’êtres humains amortels avec une espérance de vie record de 1000 ans.

Voici la vidéo de son intervention lors de la conférence TEDx Atlantique Brest 2017, suivie de la transcription de son discours. C’est l’occasion de parler de transhumanisme, recherche contre le vieillissement, longévité, biologie du vieillissement, convergence technologique, technologies NBIC et singularité technologique.

Transhumanisme : le choix de vieillir ou de ne pas vieillir

Précurseurs de NAD+… Resvératrol… Alors vous pouvez me croire, aujourd’hui encore, les traitements contre le vieillissement restent assez moyenâgeux … Ceci dit on va pas cracher sur quelques petites années de plus.

Je devais comme vous avoir une vingtaine d’année comme certains d’entre vous lorsque j’ai réalisé que nous étions en face d’une convergence technologique qui pourrait nous permettre de ralentir, voire même d’arrêter le vieillissement humain dans les décennies à venir – et faire de nous, potentiellement, la première génération d’êtres humains amortels.  Alors vous remarquerez que je dis amortel et pas immortel, parce que vieillissement ou pas, on pourra pas empêcher les gens de mourir Mais ceci dit, je trouve que l’idée de ne plus avoir une date de péremption est plutôt séduisante. Et c’est pour ça que j’ai dédié ma vie à une chose : donner le choix. Donner le choix le plus vite possible à l’humanité, de pouvoir vivre, ou de mourir. A chaque individu, de vieillir, ou de ne pas vieillir.

Et puis j’ai bien donné, j’ai passé longtemps sur les bancs de l’école, j’aimais pas ça du tout, mais bon, ingénieur, doctorant en physique, post-doctorant en biologie, le CV idéal pour arrêter le vieillissement humain. Et c’était génial d’être chercheur, je veux dire qu’on a gardé une âme d’enfant. Etre chercheur ça consiste à repousser les limites de la science en jouant avec des Legos à 100 000€. Le bonheur. Malheureusement pour moi j’ai assez vite réalisé que pour atteindre ce que je voulais faire dans ma vie ben ça servait strictement à rien, j’étais dans la recherche publique, et là j’ai tout plaqué, pour aller me lancer dans une ribambelle de créations d’entreprises innovantes dans le domaine des biotechnologies. Déjà c’est vous dire si je crois en mon sujet, hein d’imaginer qu’on va vivre un paquet d’années, pour balancer dix ans d’études à la benne.

long long life transhumanisme vieillissement longévité tedx conference ted velve casquillas nbic 3

Mais j’étais bloqué, parce que j’ai réalisé qu’on pourrait peut-être créer la première génération d’homo sapiens amortels, plus rien d’autre n’avait de sens, tout paraissait insignifiant, même développer un nouvel iPhone. Et pourtant j’avais peur, j’ai toujours peur. Vous devriez probablement également avoir peur. Parce que qui sait demain ce que l’humanité fera du pouvoir de modifier le génome humain? qui pourrait me dire aujourd’hui, à 100% que les bénéfices seront supérieurs aux risques. Parce que si on regarde, ça dépendra des décisions de nos politiques dans 20, 30, 40 ans, ça dépendra des gens qui votent pour eux, ça dépendra en partie de vous, et je ne vous connais pas !

Du coup ça me fait peur.

Mais vous l’avez compris j’ai quand même fait mon choix, parce que c’est aujourd’hui, dans les laboratoires de recherche, que se décide si dans 20, 30 ou 40 ans, les gens pourront choisir de vieillir ou de ne pas vieillir, et j’ai décidé de ne pas leur voler cette liberté.

Comment stopper le vieillissement avec le transhumanisme ?

Alors heureusement pour moi, et pour vous aussi parce que sinon ça aurait pas avancé bien vite, j’ai réalisé que je n’étais pas tout seul, qu’il y avait une réelle révolution mondiale dans le domaine de la lutte contre le vieillissement. Vous êtes-vous déjà demandé, par exemple, pourquoi Google a investi 1,5 milliard de dollars pour, je cite, tuer la mort, et arrêter le vieillissement humain ? Ou pourquoi Mark Zuckerberg, le fondateur de Facebook, a déclaré cette année investir 3 milliards de dollars, aussi, mais lui pour éradiquer toutes les maladies humaines avant la fin du siècle. Et surtout, qu’est-ce qui peut leur faire penser que leurs investissements seront rentables dans les décennies à venir ? Je vous laisse y réfléchir, on en reparle un peu après.

Le vieillissement dans l’Histoire

Si on regarde de près, l’espérance de vie de l’humanité n’a pas vraiment bougé au cours des 40 000 dernières années. Le calme plat. Si ce n’est au cours des 150 dernières années, où tout d’un coup on s’est mis à gagner 6 heures d’espérance de vie toutes les semaines. Alors pour les fêtards ou les amoureux de la couette, vous comprenez bien que c’est un week-end de gagné toutes les semaines, ça n’est quand même pas rien. Je me suis dit en parallèle, y’a un truc qu’a pas bougé d’un iota, c’est la longévité de l’espèce humaine, c’est-à-dire l’âge maximum que peut atteindre un individu. On est restés scotchés à 120 ans. Et le plus incroyable c’est que cette date de péremption était marquée dans les Evangiles. Je cite : « Que mon esprit ne soit pas indéfiniment dans l’homme puisqu’il est chair, sa vie ne sera que de 120 ans. » Genèse, chapitre 6, verset 3. Alors je peux vous dire j’étais pas impressionné par l’ancien testament à toutes les pages, mais là, je sais pas comment ils ont deviné. Impressionnant.

Définition du vieillissement

long long life transhumanisme vieillissement longévité tedx conference ted velve casquillas nbic 4

Et la question qui se pose aujourd’hui, c’est de savoir ce qui limite principalement l’espérance de vie de l’humanité, et sa longévité.

On va le voir, c’est le vieillissement. Une sorte de programme génétique d’auto destruction, présent en chacun d’entre vous, qui se met en route environ aux alentours de 20 ans, et mène à une mort certaine une centaine d’années après, vers 120 ans environ. Et d’ailleurs l’année de vos 20 ans, vous avez une chance sur mille de mourir. Prenez ça comme une bonne ou une mauvaise nouvelle, ça vous regarde, déjà, sachez que c’est principalement de suicide, de maladies infectieuses et d’accident. Mais moi ce que j’en tire, c’est qu’en l’absence de vieillissement, l’espérance de vie d’un français moyen serait de mille ans. Et si on regarde ça marche pareil pour tous les animaux, presque tous les animaux. Que vous soyez une souris ou un homme, à partir d’un certain âge, vos chances de mourir dans l’année augmentent exponentiellement.

Pour l’homme, à partir de 20 ans, vos chances de mourir dans l’année doublent tous les 7 ans; vous pouvez me croire, ça monte vite vers la fin. Mais ça, c’était pour l’homo sapiens 1.0, on est là pour voir que cela pourrait peut-être changer. Et d’ailleurs il existe, sur Terre, des espèces qui semblent ne pas vieillir du tout. C’est le cas du homard. C’est le cas de la palourde, également.

Et d’ailleurs, tant que je suis ici, j’en profite, c’est mon côté prosélyte : je lance un appel à toute la communauté scientifique pour relancer les recherches sur la palourde et tous ses petits amis, pour faire en sorte de comprendre les secrets de leur longévité, et surtout leur piquer tout ce qui marche (c’est important !)

Le vieillissement, une maladie mortelle dans le viseur du transhumanisme

Le plat de spaghetti derrière moi, c’est toutes les choses qui peuvent vous tuer, et les chances qu’elles y arrivent chaque année de leur vie.

Alors je sais ça fait beaucoup, mais ce qu’on peut remarquer c’est qu’elles augmentent toutes à peu près de la même manière avec le temps, du moins presque toutes. La bonne nouvelle, c’est que j’ai étudié précisément cette liste, et assister à un TED avec moi n’en fait pas partie. Donc détendez-vous, pendant les 15 prochaines minutes, tant que vous êtes avec moi, vous êtes en sécurité.
Mais la 2e chose qu’on peut attendre de ce plat de spaghetti, c’est qu’à partir d’un certain âge, si on éradique une classe de maladies, une autre prendra immédiatement le relais. Par exemple si on éradiquait l’intégralité des cancers, dans l’intégralité de l’humanité, l’espérance de vie augmenterait de 3, 5 années. C’est triste, mais comme disait Kennedy disait faut pas se laisser abattre, et si comme moi vous souhaitez augmenter radicalement l’espérance de vie de l’humanité, il suffit de ne pas traiter les conséquences, mais s’attaquer aux causes.

Alors même si vous me direz, c’est prouvé, qu’à l’âge de 20 ans on peut mourir d’un cancer ou d’un Alzheimer, ça reste des statistiques assez insignifiantes, lorsqu’on regarde toutes ces maladies, toutes ces causes de mortalité augmenter au cours du temps, on se dit qu’il y a une cause principale, à ces maladies : le temps qui passe. Le vieillissement. Et ainsi la question qui se pose pour moi aujourd’hui ne tourne pas autour du plat de spaghetti, non.

La question qui se pose pour moi est de savoir si l’humanité dispose des outils technologiques qui pourraient nous permettre de reprogrammer ce programme génétique d’autodestruction dans les décennies à venir.

Échapper au vieillissement

Et la bonne nouvelle, c’est que la révolution en cours dans le domaine des biotechnologies nous donne pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de sérieuses chances de pouvoir ralentir voire même d’arrêter le vieillissement humain.

Il faut comprendre que la médecine a avancé plus rapidement en 1 siècle que pendant toute l’histoire de l’humanité réunie. Et c’est encore plus vrai dans les 20 dernières années. Aujourd’hui il est quasiment impossible pour un médecin de rester à jour, même dans sa spécialité. D’ailleurs pendant qu’on est là, entre nous, si un jour vous avez une maladie grave, je vous invite à choisir votre médecin exactement comme vous choisiriez votre coiffeur, si vous voulez que ça finisse bien, choisissez le bon. Mais revenons à nos moutons. Découvrons ensemble ce que le futur nous réserve, ces fabuleux outils biotechnologiques.

Les big data du vieillissement pour le transhumanisme

Alors la première chose à faire lorsqu’on veut reprogrammer un code génétique, arrêter le vieillissement humain, c’est d’identifier les gènes responsables du vieillissement. C’est là qu’intervient le premier outil de la révolution biotechnologique, le big data génétique. La possibilité de séquencer, c’est-à-dire de lire le génome d’un individu, à très bas coût. Depuis le séquençage du premier génome, en 2003, le séquençage d’un génome humain, son coût, a été divisé par près de 3 millions.

Aujourd’hui, on peut séquencer son génome pour moins de 1000€, et des millions de personnes, comme moi, l’ont fait. Et c’est la lecture de ces millions de génomes, couplé à une intelligence artificielle adéquate qui nous permettra de faire le lien entre chaque gène, chaque maladie, et l’espérance de vie de chaque patient. Et vous allez me dire, connaître les gènes c’est bien, par contre il faut arriver à les modifier, et c’est là qu’intervient le deuxième outil issu des biotechnologies.

Les thérapies géniques. Grosso modo une thérapie génique consiste à modifier le génome d’un patient en insérant un gène à l’intérieur de son génome.

L’âge du transhumanisme avec les thérapies géniques anti-vieillissement

Par exemple, si vous avez une maladie génétique, comme la drépanocytose, par exemple. Une thérapie génique viendra inactiver le gène responsable de la drépanocytose, et le remplacer par le gène qui fonctionne. Le résultat à la fin, c’est que vous n’aurez plus la drépanocytose. Quoique la drépanocytose passionne les foules.

Ceci dit je suis sûr que c’est vous qui viendrez me parler de thérapies géniques le jour où par exemple on aura découvert le gène de la gueule de bois, comme ça. On en reparlera. Mais certains d’entre vous pourraient me dire également, mais la thérapie génique ça existe depuis le début des années 80.

Alors oui, mais à l’époque on avait un gros problème, on pouvait pas contrôler l’endroit où on insérait le nouveau gène dans le génome du patient. Et ça en termes de résultats c’était catastrophique. C’est un peu comme placer un mot au hasard dans une phrase, ça peut faire sens, mais c’est un sacré coup de bol. Ben c’est un peu pareil quand on place un gène au hasard dans le génome d’un patient.

Et ce domaine a connu une véritable révolution en 2012, avec CRISPR-Cas9, grosso modo une technologie qui nous permet de modifier le gène que nous voulons, à l’endroit que nous voulons dans le génome du patient.

Alors de mon point de vue CRISPR-Cas9, en l’état ne suffira pas à elle seule pour pouvoir arrêter le vieillissement humain, mais ce domaine avance à une vitesse faramineuse. Cinq ans après, il y a déjà plus de 2000 thérapies géniques en cour de test clinique, principalement d’ailleurs pour guérir des cancers. C’est 20x plus que le nombre d’antibiotiques en cours de test clinique, c’est un véritable raz de marée, et c’est typique des dynamiques de la révolution biotech. Ca va à une vitesse pas possible.

Nous disposons déjà de deux outils, qui pourraient nous permettre dans une certaine mesure de ralentir le vieillissement humain, voire même de l’arrêter. Mais ceci dit il serait de bon ton d’éviter de refaire les erreurs que nous faisons systématiquement dans le passé lorsque nous nous retrouvons en face d’une grande découverte.

long long life transhumanisme vieillissement longévité tedx conference ted velve casquillas nbic 1

Au début du 20e siècle, par exemple, on a découvert la radioactivité. Deux décennies auparavant, on était persuadé que cette énergie magique pouvait tout guérir. Et je suis allé vous chercher quelques petites pubs d’époque, vous allez voir. On a vu sortir sur le marché des sodas radioactifs, donnant l’énergie infinie comme la pile atomique. Ou ces fameux suppositoires radioactifs, contre l’impuissance masculine. Chapeau. Je pense que le summum a été atteint avec les gilets en laine auto chauffants pour bébés radioactifs.

Alors je vous rassure la mode est vite passée, mais on voit bien, on voit bien qu’il va être nécessaire pour éviter ces écueils de pouvoir tester rapidement et efficacement tous les traitements expérimentaux contre le vieillissement.

Transhumanisme, vieillissement et humains sur puce

Et c’est là qu’intervient le 3e outil issu des biotechnologies. Les humains sur puce.

Alors rassurez-vous, je ne parle pas de cultiver des humains miniature sur des petites puces, je suis pas Gargamel, je torture pas les schtroumpfs. Non ? les humains sur puce visent à reproduire le plus fidèlement possible le fonctionnement d’un organisme humain en faisant des cultures cellulaires humaines sur de petites puces microfluidiques, comme celle-ci. Et ce domaine aussi a connu un énorme boum avec la découverte il y a quelques années, il y a quelques dizaines d’années d’ailleurs, des cellules souches pluripotentes induites.

Grosso modo une technologie qui nous permet de prendre les cellules de peau d’un patient et de les transformer en cellules de base de n’importe lequel de ses organes. Foie, poumons, cœur, cerveau. Et une fois organisées intelligemment, ces cultures cellulaires humaines forment des multi organes sur puces, des humains sur puce. Et c’est eux qui nous permettront de tester rapidement et efficacement des traitements contre le vieillissement, en limitant au maximum les tests sur cobayes humains et sur les animaux.

Vous allez me dire, c’est quand même plus efficace et surtout plus rapide que de tester un traitement expérimental sur quelqu’un et de regarder le résultat 70 ans après sur son vieillissement ? Mais là où les humains sur puce seront primordiaux, c’est qu’il va probablement falloir modifier des dizaines, voire des centaines de gènes chez un même patient pour complètement arrêter son vieillissement.

Et c’est là que les humains sur puce seront cruciaux. Pour tester les millions de combinaisons de thérapies géniques qui seront nécessaires pour trouver la plus efficace.

Trois outils du transhumanisme contre le vieillissement

Alors on le voit, nous avons trois outils issus de biotechnologies, qui pourraient permettre dans les décennies à venir, de ralentir et voire d’arrêter le vieillissement. Le big data génétique, pour identifier les gènes responsables du vieillissement. Les thérapies géniques, pour modifier le génome du patient en conséquence.

Et les humains sur puce, pour tester les millions combinaisons de thérapies géniques nécessaires pour trouver la plus optimale. Alors vous allez me dire, pour la plupart d’entre vous j’imagine le sujet est un peu nouveau, ça demande un peu d’ouverture d’esprit. Cela dit je suis formel, l’ouverture d’esprit n’est pas une fracture du crâne, et donc ne fait pas partie de notre plat de spaghetti. Vous pouvez vous intéresser à ce sujet, vous ne risquez rien.

Arrêter de vieillir : et pourquoi pas ?

Je pense que certains d’entre vous ont peut-être déjà en tête la réponse à la question que nous nous posions au début de cette présentation. Qu’est-ce qui fait que Google et tant d’entreprises de la Silicon Valley investissent des milliards pour arrêter le vieillissement humain ? Eh bien juste parce qu’ils pensent qu’ils vont y arriver.

Et si comme moi vous voulez le plus rapidement possible donner le choix à l’humanité, vous êtes pas obligés d’ailleurs, il est pas nécessaire d’investir des milliards d’euros, il suffit de vous intéresser au sujet, d’en parler autour de vous. Et à force d’en entendre parler autour d’eux, les responsables politiques comprendront que ce sujet intéresse la population. Parce qu’il faut bien comprendre qu’aujourd’hui, la quasi totalité des budgets sont alloués à traiter les conséquences du vieillissement : Alzheimer, les cancers, les infarctus. Si nous validions ne serait-ce qu’un millième des sommes utilisées pour les conséquences, cette fois ci pour traiter les causes du vieillissement,   nous disposerions au niveau mondial d’un budget de huit milliards d’euros par an.

Et je suis convaincu qu’avec un tel budget tout deviendrait possible. Y compris me donner la joie de vous revoir tous ici en pleine santé en l’an 3017.

Dr Guilhem Velvé Casquillas

Author/Reviewer

Auteur/Relecteur

Physics PhD, CEO NBIC Valley, CEO Long Long Life, CEO Elvesys Microfluidic Innovation Center

More about the Long Long Life team

Docteur en physique, CEO NBIC Valley, CEO Long Long Life, CEO Elvesys Microfluidic Innovation Center

En savoir plus sur l’équipe de Long Long Life